Comment gérer les grenouilles qui t’empoisonnent ?

Il était une fois (c’est une formule un peu dépassée mais perso je l’adore depuis mon enfance) un groupe de grenouilles qui traversaient les bois.

Soudain deux d’entre elles tombèrent accidentellement dans un trou profond.

Les autres constatant la profondeur du trou et les parois abruptes ne voyaient aucun moyen pour sauver leur camarades.

Les deux prisonnières commencèrent à se démener pour sortir tentant des sauts de plus en plus désespérés. En haut les autres s’agitaient en leur criant que c’était peine perdue et qu’il valait mieux abandonner.

L’une des deux grenouilles décida d’écouter ses congénères, se résigna et mourut.

L’autre ne cessa pas de s’acharner si ce n’est pour reprendre son souffle et réussit finalement à atteindre le sommet.

Les autres grenouilles lui demandèrent : « Tu ne nous as pas entendu ? ».

Elle expliqua alors qu’elle était presque sourde et pensait que les autres étaient en train de l’encourager.

****

Ce qui est important ici c’est le pouvoir des mots.

Tu auras sur ton chemin de nombreuses personnes qui dénigreront ton travail et tenteront de rabaisser tes rêves au niveau de leurs propres échecs.

A ce stade, tu as deux possibilités :

– tu peux les écouter et suivre leurs bons conseils, tirer un trait sur tes rêves et devenir à ton tour le poison de ceux qui veulent changer de vie

– tu peux également n’écouter que toi. Subordonner toutes tes pensées et actions aux rêves qui t’animent sans jamais douter de ta réussite

Comme tout le monde, le doute hantera parfois tes réflexions et c’est bien normal voire nécessaire pour ne pas foncer tête baissée dans une porte blindée.

Cependant il ne doit pas s’installer durablement.

Si le doute s’installe c’est que tu as laissé ton mental extrapoler un peu trop.

C’est comme un cheval sauvage que tu monterais pour la première fois. Il va devenir incontrôlable pendant un moment et jusqu’à l’épuisement. Si tu tiens bon et que tu ne craques pas le premier tu as toutes les chances de finir par le maîtriser.

L’extrapolation est une bénédiction mais c’est aussi l’un des plus grand maux de notre monde contemporain.

Au cours des siècles c’est grâce à elle que l’homme a pu créer, inventer, évoluer en anticipant les catastrophes qui pouvaient avoir lieu.

Malheureusement c’est aussi le poison principal de notre mental lorsqu’on imagine le pire concernant notre conjoint qui n’est pas à l’heure, que l’on se stresse pour un entretien qui va forcément mal se passer ou que l’on imagine être victime d’un concentré de malchance.

L’extrapolation devient néfaste lorsqu’il s’agit de situations liées à l’émotion.

Pour éviter d’en être victime, une phrase doit tambouriner dans ton crâne comme un marteau sur son enclume :

« Le pire n’arrive jamais aussi souvent que les gens le craignent ».

Cette petite citation agira comme une pilule magique si tu te la répètes aussi souvent que possible.

Elle te permettra aussi d’accorder moins d’importance aux mots-poison de certaines personnes que tu croises.