Utilises-tu ces 5 astuces de manipulation psychologique?

Les auteurs de best-seller et les rédacteurs publicitaires empochent chaque année des millions. Alors ne leur dites pas que les mots ne vendent pas.

Les mots à l’oral comme à l’écrit sont le premier et le plus efficace moyen d’influence à notre disposition.

Convaincre ou manipuler plus facilement vos interlocuteurs en utilisant des mots très communs est un exploit dont nous sommes tous capables.

Les plus puissantes techniques de manipulation mentale sont souvent simples à mettre en œuvre mais elles exigent de la stratégie.

Vous utilisez quotidiennement de nombreux mots magiques qui pourraient faire des merveilles s’ils étaient employés avec une intention précise.

Toute tentative d’influence naît d’une intention.”

Je vous rappelle quand même au passage que vous êtes seul responsable des conséquences bonnes ou mauvaises de l’application des puissantes techniques que vous apprendrez.

Sachez cependant que leur emploi à des fins douteuses se retournera souvent contre vous à un moment ou à un autre.

Souvenez-vous également de la chose suivante : on fait appelle à la raison pour convaincre alors que la manipulation mentale joue sur l’émotion.

Laissez moi passer parce que je le veux!

L’une des techniques les plus simples et que je vais vous présenter maintenant est redoutable et très facile à mettre en œuvre sans délai. Elle a été mise en lumière par Ellen Langer une psychologue sociale de l’université d’Harvard spécialiste des théories sur les prises de décisions.

L’être humain est souvent de bonne volonté quand on lui demande poliment un service et il l’est d’autant plus quand on lui donne une bonne raison de le faire.

Imaginez que vous sortiez du bureau et que vous deviez aller chercher votre fils à la crèche.

Avant toute chose, vous faites un détour par le supermarché pour acheter de quoi faire un bon plat de lasagnes ce soir.

Arrivé à la caisse, deux personnes vous précèdent.

N’ayant pas beaucoup de temps vous hésitez à laisser vos produits dans le magasin pour filer récupérer votre petit.

Heureusement quelques jours auparavant vous avez lu un article sur le blog “Stratégie Mentale” qui pouvait résoudre votre problème : le pouvoir du “parce que”.

Vous vous approchez de la personne qui vous précède : “Excusez-moi, je n’ai que quelques articles. Est-ce que je peux passer avant vous? Je suis pressé parce que mon fils m’attend à la crèche”.

A ce moment, en invoquant une raison avec “parce que”, vous avez plus de 90% de chance de passer directement devant la caissière.

Ensuite le principe de la “preuve sociale” vous permettra de passer la seconde personne sans encombre.

En revanche, si vous lui demandez de cette manière: “Excusez-moi, je n’ai que quelques articles. Est-ce que je peux passer avant vous? Je suis pressé.”

Là je pense que vous pouvez vous asseoir dessus.

Testez et donnez moi votre taux de réussite en commentaire car vous risquez de vous surprendre vous même. 😉

Vous voyez bien qu’un mot très simple peut être d’une redoutable efficacité s’il est employé avec une intention précise et que votre discours est claire et intelligible.

D’ailleurs vous n’arriverez jamais à rien si votre parole n’est pas explicite.

Un discours fluide

Vous vous souvenez de vos cours de primaire lorsqu’on vous a demandé où était le célèbre Ornicar?

Mais où et donc or ni car ? Fameux rappel mnémotechnique pour vous souvenir des conjonctions de coordination, ces petits mots qui permettent d’articuler vos phrases entre elles. Et bien,je ne vous dirais qu’une chose: abusez-en !

Grâce à ces mots de liaison vous ferez des miracles lorsqu’il s’agit de fluidifier votre discours et vos écrits.

Vous pouvez y ajouter de nombreuses autres variantes comme par exemple: en d’autres termes, de plus, cependant, quand, pendant que, alors, par conséquent, de même, surtout, etc.

Si votre discours est trop lourd, dense et non-articulé, vos interlocuteurs finiront par ne plus vous écouter si bien qu’ils mettront un terme à votre tentative d’influence.

Heureusement pour nous il y a d’autres astuces pour conserver une écoute attentive et faire sentir une émotion à notre auditoire.

Le transfert émotionnel

Un glissement subtil du “je” au “vous” permettra une immersion plus facile dans votre histoire.

Prenons un exemple: “ je repense à ce qui s’est passé il y a trois jours:

J‘étais au restaurant avec Emma pour fêter nos deux ans relations. Avant le premier plat, je suis allé aux toilettes pour me laver les mains. En revenant j’ai trébuché sur le pied d’une petite fille qui jouait sous la table de ses parents, emportant avec moi la serveuse et son plateau rempli de verres. Vous savez ce que l’on ressent dans un moment pareil. Entre les parents qui vous disent de faire attention, la serveuse qui vous dit que ce n’est pas grave en vous fusillant du regard et tous les clients qui se moquent de vous. Vous savez ce qu’on ressent dans un moment pareil. Vous devez passer une soirée sympa et vous foutez tout en l’air en dix secondes”.

Peu importe que la situation prête à rire ou pas. Ce qui compte, c’est ce fameux glissement du je au vous. Ainsi, il permet à l’oral comme à l’écrit de mettre l’interlocuteur à votre place quand vous racontez une histoire.

A cette étape une autre technique particulièrement vicieuse et imparable à été employé : la réciprocité.

Une manipulation imparable : la réciprocité

L’être humain est un animal bien étrange car son ego le pousse systématiquement à parler de lui dès qu’il le peut.

En effet, dans la technique de la réciprocité, vous confiez une histoire personnelle à quelqu’un qu’elle soit vraie ou non. Ensuite votre interlocuteur s’empressera de se confier en échange, vous livrant au minimum une information personnelle à la hauteur de celle que vous avez donnée. Magique !

C’est imparable pour briser la glace et en savoir plus sur la personne avec laquelle vous discutez.

Ensuite, rappelez-vous que pour maîtriser ces différentes techniques, il faut les appliquer au plus vite. Qu’attendez-vous? Vous avez peur d’être découvert. Alors souvenez-vous ce terrible secret :

« Personne ne peut résister à ce qu’il ne peut détecter. »

Je me demande si vous en voulez un peu plus?

Allez, vous avez déjà quelques bonnes techniques à travailler. Considérez qu’elles seront vraiment acquises lorsqu’elles seront devenues une seconde nature.

Si vous y réfléchissez trop votre discours sera moins naturel et donc moins convaincant.

La dernière technique que je vous propose permettra à une personne de répondre à une question qu’on ne lui pose pas.

Hein?! Quoi???

Là vous vous dites, ça y est, il fou, c’était intéressant et à la fin il pète un plomb.

En effet, il est tout a fait possible de poser une question sans en avoir l’air :

Question direct: qu’avez-vous mangé ce midi?

Question indirect: je me demande ce que vous avez bien pu manger ce midi.

Question direct: quel âge avez-vous?

Question indirect: je serai curieux de savoir l’âge que vous avez.

Question direct: qu’attends-tu de moi?

Question indirect: je suis impatient de savoir ce que tu attends de moi.

Il s’agit là de plusieurs manières subtiles et camouflée de poser une question en douceur qui vous rendront bien des services et multiplieront par dix vos chances d’obtenir une réponse. Cette technique largement utilisée en hypnothérapie permet d’agir en douceur et sans brusquer votre interlocuteur.

A vous de jouer maintenant. Trouver vos propres formulations.

Ensuite, faites moi part de vos réussites en commentaires. C’est toujours plus sympa de partager ses expériences avec des collègues. 😉

Dès maintenant vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Pour que ces techniques soit efficace, sortez ! Pratiquez ces techniques qui sont également applicables à l’écrit. Et souvenez-vous que leur emploi ne doit pas vous obséder ,sinon vous perdrez en naturel et en pouvoir d’influence.

Soyez malin et stratégique !